Groupe Sympetrum

Accueil > Données et Atlas > Habitats odonatologiques rhônalpins

Habitats odonatologiques rhônalpins

samedi 17 mars 2018, par Cyrille Deliry

Les libellules sont des Insectes strictement liés aux habitats aquatiques. Leurs larves sont sensibles à la qualité de l’eau et au fonctionnement du milieu. Pour protéger ces Insectes utiles, il faut veiller à la conservation de leurs milieux de vie et éviter de les polluer. Certaines libellules constituent d’excellents indicateurs de l’état de santé des écosystèmes. La composition des peuplements de libellules peut décrire des phénomènes aussi divers que l’eutrophisation des eaux, l’assombrissement dû au couvert forestier, l’exploitation humaine des zones humides, la recolonisation ou la gestion de la végétation, l’intensification des pratiques agricoles ou piscicoles et le réchauffement du climat.

Une libellule doit pouvoir accomplir son cycle de reproduction dans un habitat favorable. Les conditions à réunir sont nombreuses :

  • Les adultes des deux sexes doivent se retrouver dans un lieu attractif à la vie des imagos,
  • Les femelles doivent pouvoir pondre sur un support convenable,
  • Les larves doivent trouver une nourriture abondante, formée de micro-invertébrés et doivent supporter la concurrence et la prédation,
  • Le milieu doit être favorable à la survie des larves, pendant plusieurs mois, voire plusieurs années,
  • Les larves doivent pouvoir éclore à la bonne période et les imagos doivent évoluer vers la maturité dans un environnement favorable, généralement à proximité des sites de développement larvaire.

La typologie des habitats des libellules de Rhône-Alpes est inspirée de la classification proposée pour la France par Dommanget (1987) pour les biotopes des Odonates.
Les espèces principales sont présentes sur près de 80% des stations, les espèces secondaires sur plus de 30% des stations. La liste verte concerne des espèces généralement rares et sténoèces des habitats considérés.


LES HABITATS DES EAUX COURANTES
1. Les sources
Espèces principales : Cordulegaster boltonii
Quelques espèces secondaires : Calopteryx virgo, Cordulegaster bidentata, Orthetrum brunneum, Pyrrhosoma nymphula
Liste verte (2000) : Coenagrion mercuriale, Cordulegaster bidentata, Cordulegaster boltonii

© Cyrille Deliry - Cluse des Hôpitaux (Ain)

2. Les ruisselets et les ruisseaux, y compris les canaux de drainage
Espèces principales : Calopteryx virgo
Quelques espèces secondaires : Calopteryx splendens, Cordulegaster boltonii
Liste verte : Coenagrion mercuriale, Coenagrion ornatum, Cordulegaster bidentata, Macromia splendens, Onychogomphus uncatus

© Daniel Grand - Ruisseau bocager dans le département du Rhône

3. Les rivières vives
Espèces principales : Calopteryx virgo
Quelques espèces secondaires : Boyeria irene, Calopteryx splendens, Cordulegaster boltonii, Onychogomphus forcipatus
Liste verte : Boyeria irene, Coenagrion caerulescens, Coenagrion mercuriale, Cordulegaster boltonii, Gomphus simillimus, Macromia splendens, Onychogomphus uncatus, Ophiogomphus cecilia, Stylurus flavipes

© Pierre Juliand - La Salindre (Ardèche)

4. Grands cours d’eau vifs
Espèces principales (synthèse) : Boyeria irene, Gomphus simillimus, Oxygastra curtisii, Onychogomphus forcipatus

© André Ulmer - Loire vers l’Ecozone du Forez (Loire)

5. Les cours d’eau calmes
Espèces principales : Calopteryx splendens, Platycnemis pennipes
Quelques espèces secondaires : Erythromma lindenii, Erythromma viridulum, Orthetrum cancellatum
Liste verte : Boyeria irene, Gomphus graslinii, Gomphus simillimus, Ophiogomphus cecilia, Stylurus flavipes

© Régis Krieg-Jacquier - Le Suran (Ain)

6. Les canaux navigables
Habitat particulièrement rare en Rhône-Alpes, les espèces principales ne sont pas caractérisées.

© André Ulmer - Canal de Roanne (Loire)

7. Les fossés alimentés
Espèces principales : Calopteryx splendens
Quelques espèces secondaires : Calopteryx haemorrhoidalis, Coenagrion mercuriale, Erythromma lindenii, Orthetrum coerulescens
Liste verte : Sympetrum pedemontanum

© Jean-Michel Faton - Marsanne (Drôme)


LES HABITATS D’EAU STAGNANTE
8. Les suitements marécageux
Espèces principales : Coenagrion mercuriale, Orthetrum brunneum
Quelques espèces secondaires : Orthetrum coerulescens, Pyrrhosoma nymphula
Liste verte : Orthetrum coerulescens

© Jörg Schleicher - Suintements sur dalles calcaréo-marneuses à Piégros-la-Clastre (Drôme)

9. Les milieux temporaires
Espèces principales : Libellula depressa
Quelques espèces secondaires : Aeshna affinis, Sympetrum sanguineum

© Cyrille Deliry - Lac Clair à St Savin (Isère)

10. Mares ouvertes
Espèces principales : Coenagrion puella
Quelques espèces secondaires : Anax imperator, Libellula depressa, Pyrrhosoma nymphula

© Catherine Fardeau - Chirens (Isère)

11. Mares fermées
Espèces principales : Aeshna cyanea
Quelques espèces secondaires : Chalcolestes viridiis, Coenagrion puella, Ischnura elegans, Sympetrum striolatum

© Cyrille Deliry - Salagnon (Isère)

12. Milieux saumâtres
N’ayant pas de littoral maritime, les milieux "salés" sont rares dans la région. On en trouve par exemple dans le département voisin des Hautes-Alpes comme au Plan de Phasy vers Guillestre.

13. Les milieux artificiels
Espèces principales : Ischnura elegans
Quelques espèces secondaires : Coenagrion puella, Crocothemis erythraea, Enallagma cyathigerum, Orthetrum cancellatum, Sympetrum fonscolombii

© Cyrille Deliry - Creys-Mépieu (Isère)

14. Les étangs ouverts : piscicoles et/ou collinaires
Espèces principales : Ischnura elegans
Quelques espèces secondaires : Anax parthenope, Ceriagrion tenellum, Coenagrion pulchellum, Enallagma cyathigerym, Orthetrum albistylum, Sympecma fusca, Sympetrum sanguineum
Liste verte : Anaciaeschna isoceles, Epitheca bimaculata, Leucorrhinia caudalis

© Cyrille Deliry - Brénod (Ain)

15. Les étangs forestiers
Espèces principales : Ischnura elegans
Quelques espèces secondaires : Chalcolestes viridis, Coenagrion pulchellum, Cordulia aenea, Erythromma najas, Leucorrhinia pectoralis, Libellula quadrimaculata, Sympetrum sanguineum
Liste verte : Anaciaeschna isoceles, Epitheca bimaculata

© Stéphane Pissavin - Massif de Bonnevaux (Isère)

16. Les marais de plaine
Espèces principales : Coenagrion puella
Quelques espèces secondaires : Ceriagrion tenellum, Ischnura elegans, Libellula quadrimaculata, Sympecma fusca, Sympetrum striolatum.

© Cyrille Deliry - Creys-Mépieu (Isère)

17. Les tourbières acides de plaine
Peu d’habitats de ce type dans la région.
Liste verte : Leucorrhinia albifrons

© Régis Krieg-Jacquier - Tourbière des Oignons à Boz (Ain)

18. Les tourbières acides d’altitude
Espèces principales : Aeshna juncea
Quelques espèces secondaires : Leucorrhinia dubia, Libellula quadrimaculata, Somatochlora alpestris, Somatochlora arctica
Liste verte : Aeshna caerulea, Aeshna juncea, Coenagrion hastulatum, Leucorrhinia dubia, Somatochlora alpestris, Somatochlora arctica

© Catherine Fardeau - Lac-tourbière du Luitel (Isère)

19. Lacs et marais d’altitude
Espèces principales : Enallagma cyathigerum
Quelques espèces secondaires : Aeshna juncea, Libellula quadrimaculata
Liste verte : Aeshna caerulea, Aeshna juncea, Coenagrion hastulatum, Leucorrhinia dubia, Somatochlora alpestris, Somatochlora arctica

© Régis Krieg-Jacquier - Beaufortain (Savoie)

20. Lacs et grands réservoirs
Espèces principales : Ischnura elegans
Quelques espèces secondaires : Anax imperator, Enallagma cyathigerum, Platycnemis pennipes
Liste verte : Gomphus vulgatissimus, Oxygastra curtisii

© Catherine Fardeau - Lac de Paladru (Isère)