24 Heures Naturalistes de de Drôme au Grand Serre

De Groupe Sympetrum
Aller à : navigation, rechercher
Drome.png
> Groupe Sympetrum > Rhône-Alpes > Drôme - Communiqués

Communiqué du 25 mai 2008 par Sabine Couvent et Jean-Michel Faton


Les 24 Heures Naturalistes qui se sont tenues les 24 et 25 mai 2008 sur la commune du Grand Serre. Les communes avoisinantes, notamment Saint-Clair- sur-Galaure, Montrigaud, Hauterives, Montfalcon et Viriville (en Isère) ont également été prospectées.

Chazalgranier2008.jpg
Etang de Chazal-Granier, mai 2008 © Jean-Michel Faton

Pour réaliser ce travail, toutes les données collectées sur les communes concernées (au cours des 24 Heures Naturalistes mais aussi réalisées antérieurement par le Groupe Sympetrum, le CORA Drôme et le conservatoire botanique national dʼAlpin - CBNA) ont été rassemblées dans une même base de données. Elles sont analysées et présentées dans un rapport de synthèse qui a été remis à la mairie, document simple de manière à le rendre accessible à tous ceux qui souhaitent sʼinformer sur le patrimoine naturel.
Le plateau des Chambarans est un plateau molassique (cʼest-à-dire issu de lʼérosion et de lʼaccumulation de sédiments continentaux) réparti entre les départements de la Drôme et de lʼIsère. Il se compose de collines dʼaltitude moyenne (la zone prospectée culmine à 540 mètres) entrecoupées de vallons humides. La pluviomètrie abondante permet à une végétation de type continental à affinités atlantiques de sʼinstaller. On trouve des boisements de châtaigniers et de charmes ainsi que des chênaies mais aussi des landes à bruyères. Lʼagriculure repose sur un système de polyculture élevage. Les secteurs les plus vallonnés sont consacrés au pâturage des bovins. Le plateau est ponctué dʼétangs aux faciès plus ou moins naturels selon lʼutilisation de leurs propriétaires (pêche, plaisance, agrèment). Une partie de ce plateau est occupée par un camp militaire : le milieu semi-ouvert est entretenu par brûlis, opération qui crée ainsi des habitats pionniers.
Lʼédition 2008 des 24 Heures Naturalistes a réuni 22 participants parmi lesquels figuraient des naturalistes confirmés mais aussi des débutants ainsi que des personnes désireuses de simplement participer aux inventaires.
Pour la flore, ce sont par exemple 23 espèces dʼorchidées qui ont été inventoriées sur la zone étudiée. Ce chiffre indique une diversité intéressante dʼespèces et fait état de milieux naturels relativement bien préservés. En effet, les orchidées vivent en symbiose avec des mycorhizes ou champignons du sol sans lesquels elles ne peuvent se développent, elles sont donc fortement liées au biotope ou milieu quʼelles occupent. Leur cueillette est règlementée du fait de la fragilité de leurs populations.
Lʼinscription aux livres rouges fait état de la fragilité de lʼespèce au niveau national. Deux espèces y sont inscrites. Une espèce est protégée au niveau national : il sʼagit de lʼOrchis punaise, Orchis coriophora. Elle a été inventoriée sur la commune de Hauterives.
Parmi les plantes inventoriées figurent deux plantes carnivores : la Drosera et lʼUtriculaire. La Drosera, Drosera rotundifolia, se développe dans les marais tourbeux. Sa mention est ancienne dans le secteur étudié. Il nʼest pas certain quʼelle soit encore présente du fait de la détérioration des milieux humides (notamment par la plantation massive de résineux). Cʼest une plante protégée au niveau national.
LʼUtriculaire, Utricularia vulgaris, est présente sur la commune du Grand Serre. Elle est définie comme étant très rare sur le plateau des Chambarans (Garraud 2003), elle est protégée au niveau régional et inscrite au livre rouge régional. Cette petite plante aquatique capture des proies microscopiques, aspirées par des vésicules (sorte dʼoutres) situées sur les racines, sous lʼeau.
Au cours de lʼinventaire (enrichi des données antérieures), 102 espèces dʼoiseaux ont été notées sur le secteur étudié. Parmi ces espèces, on compte 80 espèces nicheuses, les autres ont été observées en migration ou en hivernage sur le secteur.
Sur la zone prospectée, ce sont 10 espèces dʼamphibiens qui ont été inventoriées et 6 espèces de reptiles. La zone en question présente donc une diversité dʼespèces très intéressante notamment grâce à la présence de nombreux étangs et de milieux humides temporaires. La présence des trois espèces de tritons connus dans la Drôme est notable.
Toutes les espèces dʼamphibiens et reptiles sont protégées par la loi. Les espèces dites « prioritaires » au niveau européen sont le Sonneur à ventre jaune et le Triton crêté.
40 espèces de papillons de nuit ont été inventoriées grâce à des pièges lumineux permettant de les attirer, de les identifier puis de les relâcher, mais aussi grâce à une capture au filet, de jour, pour les espèces ayant un vol diurne.
Lʼinventaire des libellules a permis de dresser la liste de 40 espèces présentes sur le secteur étudié. Cette diversité est remarquable. Au cours des 24 Heures Naturalistes, une nouvelle espèce a été notée pour la Drôme sur le commune du Grand Serre : la Cordulie à deux tâches, Epitheca bimaculata. Cette libellule est rarissime et très localisée. Discrête, elle nʼest inventoriée que grâce à son exuvie (ou peau larvaire), très caractéristique, et que lʼon retrouve sur des arbustes en bord dʼétang du fait quʼelle affectionne ce type de biotope. Elle trouve dans le nord de la Drôme sa limite méridionale de répartition. Elle est considérée comme menacée en région Rhône-Alpes.
La tenue des 24 Heures Naturalistes au Grand Serre a permis de rassembler de nombreuses données naturalistes très intéressantes et ainsi de compléter les informations existantes. La participation bénévole de spécialistes de la botanique, de lʼentomologie, de lʼornithologie etc. a permis dʼétendre les connaissances naturalistes.
Lʼéquipe des 24 Heures Naturalistes remercie tous les naturalistes bénévoles qui ont participés à lʼopération, sans lesquels les inventaires nʼauraient pu avoir lieu. Cette année, vingt deux personnes se sont déplacées pour y prendre part.

Un grand merci également :

  • A la mairie du Grand Serre pour son soutien et son accueil ainsi que pour la mise à disposition des salles communales.
  • Aux propriétaires privés qui nous ont autorisé lʼaccès à leurs terrains.

24hngdserre.jpg