Brève histoire odonatologique de la Loire

De Groupe Sympetrum
Aller à : navigation, rechercher
Loire.png
> Portail... Sympetrum > Groupe Sympetrum > Rhône-Alpes > Loire

Brève histoire odonatologique de la Loire

Un récent article rédigé par André Ulmer rends compte des bases historiques de l'odonatologie dans le département de la Loire (Ulmer 2018). Nous pourrons nous baser sur ce document pour construire une partie de cet historique.

Si on trouve un tout premier article traitant pour partie des Libellules du département de la Loire dans les années 1980 (Brugière 1986), il faut attendre les années 1990 pour que la première étude des Odonates soit réalisée sur ce département (Ladet 1991). Celle-ci concerne les Libellules de l'Ecopôle du Forez. Le centre névralgique de l'Odonatologie départementale se trouve sur la dite Ecopôle sous l'égide de la Frapna Loire et se trouve sous la coordination d'André Ulmer. Des suivis odonatologiques y sont mis en place. Les relations avec Daniel Grand et le Groupe Sympetrum sont alors développées au cours de la décennie. La prise en compte des Odonates par la Frapna Loire est systématique par la suite à chaque fois que le contexte le permettait ou le nécessitait. Un réseau d'échange de données tripartite entre le Groupe Sympetrum, la Frapna Loire et la Lpo Loire est organisé par signature de conventions.

Indépendamment de la dynamique locale, Brugière (1999) publie une synthèse sur les Odonates de la Loire.

Le 20 juillet 2006, de nombreux Sympetrum depressiusculum sont découverts en maturation dans le secteur des Gorges de la Loire. Ils sont accompagnés de quelques Sympetrum pedemontanum qui correspondent alors à une nouvelle espèce pour le département. Les gîtes de reproduction se sont révélés se trouver au niveau du cours du fleuve en fond de vallée. Ils concernent la Haute-Loire (Aurec-sur-Loire) et la Loire (St Paul-en-Cornillon), respectivement découverts en 2007 et 2008. Ces découvertes ont été intégrées et valorisées de la déclinaison régionale du Plan National d'Actions en faveur des Odonates de l'Auvergne. Divers partenaires participent activement au suivi des deux espèces de Sympetrum dont le Groupe Sympetrum qui y établi un camp odonatologique pendant une semaine sous la coordination de Cyrille Deliry. La population de Sympétrum depressiusculum s'y révèle très importante puisque ce sont plus de 700 individus qui ont été comptés en 2016.


Brugière D. 1986 - Observations sur les Odonates du Massif central. - Revue scientifique du Bourbonnais et du Centre de la France, 1986 : 42-57.
Brugière D. 1999 - Pré-inventaire des Odonates du département de la Loire. - Martinia, 15 (2) : 47-53.
Ladet A. 1991 - Premiers relevés odonatologiques de l'Ecopôle du Forez. - Frapna Loire.
Ulmer A. 2018 - 20 ans d’implication d’une association de protection de la nature dans la connaissance des Odonates, leur préservation et la mise en œuvre d’actions de gestion. - Rev. Sc. Bourgogne Franche-Comté Nature, 27 : 215-221.