Odonates du Lac Luitel : Différence entre versions

De Groupe Sympetrum
Aller à : navigation, rechercher
m
m
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
Ce site de la commune de Séchilienne, est, avec 5 autres stations du complexe de montagne Belledonne Taillefer (Lac Achard, Tourbière de l'Infernet, Lac de Praver et Etang Punay) considéré comme un '''site exceptionnel du département de l'Isère''' pour les Libellules (Deliry 1999-2000). Il est situé à une altitude de 1250-1265 m et est classé en '''Réserve Naturelle Nationale depuis 15 mars 1961''' (Première Réserve Naturelle créée en France), plus définitivement créée le 3 avril 1991. Elle est gérée par l'Office National des Forêts.<br>
 
Ce site de la commune de Séchilienne, est, avec 5 autres stations du complexe de montagne Belledonne Taillefer (Lac Achard, Tourbière de l'Infernet, Lac de Praver et Etang Punay) considéré comme un '''site exceptionnel du département de l'Isère''' pour les Libellules (Deliry 1999-2000). Il est situé à une altitude de 1250-1265 m et est classé en '''Réserve Naturelle Nationale depuis 15 mars 1961''' (Première Réserve Naturelle créée en France), plus définitivement créée le 3 avril 1991. Elle est gérée par l'Office National des Forêts.<br>
 
Les Odonates suivants sont considérés comme '''les plus remarquables''' : ''[[Coenagrion hastulatum]], [[Cordulegaster bidentata]], [[Somatochlora arctica]], [[Somatochlora alpestris]], [[Leucorrhinia dubia]]'' et ''[[Sympetrum danae]]'', ce qui constitue un cortège particulièrement complet d'espèces notables de montagne pour un seul site. En effet divers sites de montagne n'abritent qu'une partie seulement de ce cortège.<br>
 
Les Odonates suivants sont considérés comme '''les plus remarquables''' : ''[[Coenagrion hastulatum]], [[Cordulegaster bidentata]], [[Somatochlora arctica]], [[Somatochlora alpestris]], [[Leucorrhinia dubia]]'' et ''[[Sympetrum danae]]'', ce qui constitue un cortège particulièrement complet d'espèces notables de montagne pour un seul site. En effet divers sites de montagne n'abritent qu'une partie seulement de ce cortège.<br>
Deliry (1999-2000) préconisait parmi d'autres, les '''actions de préservation ou de gestion''' suivantes : compléments de prospections, préservation des populations de ''[[Somatochlora arctica]]'' et conserver les microbiotopes de cette espèce sur la périphérie du Lac tourbière (gouilles), évaluer l'état des populations de ''[[Coenagrion hastulatum]]'' (et étendre cette action à l'ensemble des Alpes) en raison de la suspicion d'une régression généralisée des effectifs de cette espèce, notamment en regard d'une progression de ''[[Coenagrion puella]]'' sur les sites de montagne, recherche du gîte de reproduction locale de ''[[Cordulegaster bidentata]]'' pour qui la tourbière n'est pas favorable a priori. Enfin le suivi des effectifs d'une espèce relativement nombreuse comme ''[[Aeshna juncea]]'' devrait permettre de témoigner de l'état de santé et de l'évolution du milieu.
+
[[Fichier:Somarc.jpg|300px|left]]Deliry (1999-2000) préconisait parmi d'autres, les '''actions de préservation ou de gestion''' suivantes : compléments de prospections, préservation des populations de ''[[Somatochlora arctica]]'' (photo ci-contre - ©© bync - C. Devillers - Monde des Insectes) et conserver les microbiotopes de cette espèce sur la périphérie du Lac tourbière (gouilles), évaluer l'état des populations de ''[[Coenagrion hastulatum]]'' (et étendre cette action à l'ensemble des Alpes) en raison de la suspicion d'une régression généralisée des effectifs de cette espèce, notamment en regard d'une progression de ''[[Coenagrion puella]]'' sur les sites de montagne, recherche du gîte de reproduction locale de ''[[Cordulegaster bidentata]]'' pour qui la tourbière n'est pas favorable a priori. Enfin le suivi des effectifs d'une espèce relativement nombreuse comme ''[[Aeshna juncea]]'' devrait permettre de témoigner de l'état de santé et de l'évolution du milieu.
  
 
On trouve dans la collection d'Eugène Foudras (1781-1859) qui date de la première moitié du XIXe siècle, un individu de ''[[Leucorrhinia pectoralis]]'' marquée Luitel  et se rapportant probablement au site isérois.
 
On trouve dans la collection d'Eugène Foudras (1781-1859) qui date de la première moitié du XIXe siècle, un individu de ''[[Leucorrhinia pectoralis]]'' marquée Luitel  et se rapportant probablement au site isérois.
Ligne 15 : Ligne 15 :
  
 
{{P|Luitel1.jpg}}
 
{{P|Luitel1.jpg}}
©© byncsa - Cyrille Deliry - Diverticule du Lac tourbière particulièrement favorable aux Odonates - Histoires Naturelles
+
©© byncsa - Cyrille Deliry - Diverticule du Lac tourbière particulièrement favorable aux Odonates - 6 juillet 2010 - Histoires Naturelles
  
 
{{P|Luitel2.jpg}}
 
{{P|Luitel2.jpg}}
©© byncsa- Cyrille Deliry - Vue d'ensemble du site du Lac tourbière du Luitel - Histoires Naturelles
+
©© byncsa- Cyrille Deliry - Vue d'ensemble du site du Lac tourbière du Luitel - 6 juillet 2010 - Histoires Naturelles
  
 
<html><iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/kLu-eRnOK3Q" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe></html><br>
 
<html><iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/kLu-eRnOK3Q" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe></html><br>

Version actuelle en date du 4 novembre 2019 à 05:47

Isere.png
> Portail... Sympetrum > Groupe Sympetrum > Rhône-Alpes > Isère
©© byncsa - Cyrille Deliry - 6 juillet 2010 - Secteur de Sphaignes de la tourbière bombée - Histoires Naturelles

Odonates du Lac Luitel (Isère)

Ce site de la commune de Séchilienne, est, avec 5 autres stations du complexe de montagne Belledonne Taillefer (Lac Achard, Tourbière de l'Infernet, Lac de Praver et Etang Punay) considéré comme un site exceptionnel du département de l'Isère pour les Libellules (Deliry 1999-2000). Il est situé à une altitude de 1250-1265 m et est classé en Réserve Naturelle Nationale depuis 15 mars 1961 (Première Réserve Naturelle créée en France), plus définitivement créée le 3 avril 1991. Elle est gérée par l'Office National des Forêts.
Les Odonates suivants sont considérés comme les plus remarquables : Coenagrion hastulatum, Cordulegaster bidentata, Somatochlora arctica, Somatochlora alpestris, Leucorrhinia dubia et Sympetrum danae, ce qui constitue un cortège particulièrement complet d'espèces notables de montagne pour un seul site. En effet divers sites de montagne n'abritent qu'une partie seulement de ce cortège.

Somarc.jpg
Deliry (1999-2000) préconisait parmi d'autres, les actions de préservation ou de gestion suivantes : compléments de prospections, préservation des populations de Somatochlora arctica (photo ci-contre - ©© bync - C. Devillers - Monde des Insectes) et conserver les microbiotopes de cette espèce sur la périphérie du Lac tourbière (gouilles), évaluer l'état des populations de Coenagrion hastulatum (et étendre cette action à l'ensemble des Alpes) en raison de la suspicion d'une régression généralisée des effectifs de cette espèce, notamment en regard d'une progression de Coenagrion puella sur les sites de montagne, recherche du gîte de reproduction locale de Cordulegaster bidentata pour qui la tourbière n'est pas favorable a priori. Enfin le suivi des effectifs d'une espèce relativement nombreuse comme Aeshna juncea devrait permettre de témoigner de l'état de santé et de l'évolution du milieu.

On trouve dans la collection d'Eugène Foudras (1781-1859) qui date de la première moitié du XIXe siècle, un individu de Leucorrhinia pectoralis marquée Luitel et se rapportant probablement au site isérois.

©© bysa - Patafisik - Sentier de la partie en tourbière bombée - Wikimedia Commons

En 1988, Cyrille Deliry, intervient pour l'animation odonatologique dans le cadre d'une sortie du Congrès du Groupe d'Etude des Tourbières. Le Lac Luitel sera ensuite l'objet d'une des première étude commandée du Groupe Sympetrum en Isère. Une collaboration est établie en 1993 avec le CORA Isère dans le cadre d'une adhésion possible du Lac de Praver au site du Luitel. En résulte la préparation d'un Dossier d'Etude établissant entre autre les relations entre les deux sites et soulignant le grand intérêt du Lac de Praver (Deliry 1993) [1]. En 1994, la mission est plus orientée sur le Lac Luitel lui-même. Les modalités d'une étude Luitel sont établies en janvier 1995, néanmoins ce projet n'aboutis pas immédiatement. Un plan de prospection est dressé en 1997 et un nouveau Dossier d'Etude est rédigé (Deliry 1998).

Eydant (2012) rend compte de 18 espèces et réalise un suivi inspiré du protocole RhoMeo. Son travail se caractérise par une systématisation des prospections sur la zone de tourbière bombée située en dehors du Lac Tourbière qui jusqu'alors avait été la principale cible des prospections. Par ailleurs une clé de détermination des imagos d'espèces connues sur le site a été dressée, de même qu'une autre concernant les exuvies et inspirée des travaux de Doucet. Cet auteur rappelle que deux inventaires principaux ont été réalisés : le premier entre 1960 et 1969 par C.Degrange qui ramène déjà 15 espèces, et, le second en 1998 par C.Deliry porte cette liste à 17 espèces avec notamment Coenagrion puella comme nouveau taxon [2]. M.Eydant réalise donc un troisième inventaire complet des Odonates du Lac Luitel et de sa tourbière bombée. Sympetrum striolatum est une autre espèce "banale" de plaine qui est apparue sur le site et révélée par l'équipe de la Réserve Naturelle ; elle a été contactée à plusieurs reprises en 2012. Par ailleurs Cordulegaster bidentata a été revue en 2001 par C.Desplanque. Les prospections de 2012 viennent confirmer la démographie très positive de Coenagrion puella - avec démonstration de sa reproduction - qui est de loin devenue l'espèce la plus abondante du site. Coenagrion hastulatum s'observe en très faibles effectifs. Chez les Anisoptères trois espèces dominent : Libellula quadrimaculata, Leucorrhinia dubia et Cordulia aenea. Les contacts avec les autres espèces du cortège montagnard sont très limités avec tout au plus quelques dizaines d'Aeshna juncea recensées. Malgré les faibles effectifs de diverses Libellules, les espèces sont "toutes" régulièrement contactées.

Luitel1.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - Diverticule du Lac tourbière particulièrement favorable aux Odonates - 6 juillet 2010 - Histoires Naturelles

Luitel2.jpg
©© byncsa- Cyrille Deliry - Vue d'ensemble du site du Lac tourbière du Luitel - 6 juillet 2010 - Histoires Naturelles


Rapide présentation du site de la Réserve Naturelle du Luitel par Carole Desplanque


Degrange C. & Seassau M.D. 1970 - Odonates de quelques hautes tourbières à sphaignes du Dauphiné. - Trav. Labo. Hydrobiol. Grenoble, 61 : 89-106.
Degrange C. & Seassau M.D. 1974 - Odonates Corduliidae de Savoie et du Dauphiné. - Trav. Labo. Hydrobiol. Grenoble, 64-65 : 289-308.
Deliry C. 1993 - Les Odonates du secteur du lac Luitel. - Dossier d'Etude du GRPLS, pré-rapport Luitel. - [1]
Deliry C. 1998 - Les Odonates de la tourbière du Luitel et du Lac de Praver (38). - Dossier d'Etude du Groupe Sympetrum.
Deliry C. 1999-2000 - Catalogue des sites odonatologiques remarquables de l'Isère. - Dossier d'Etude du Groupe Sympetrum. - PDF
Desplanque C. 2011 - Plan de gestion 2011-2020 de la réserve du Luitel. - Réserve Naturelle : 107 pp.
Eydant M. 2012 - Odonates du Luitel. Inventaire et proposition de suivi. - Réserve Naturelle du Lac Luitel.
Loose D., Deliry C., Leducq D. & Coffre H. 1999 - La faune (oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens et libellules) du lac Luitel et de sa périphérie. - Cora Isère, Onf : 41 pp.


[1] - Avec 20 espèces recensées, le Lac de Praver est un record de Biodiversité odonatologique pour un site de montagne à une telle altitude. Ceci s'explique par la présence originale et conjointe à forte cote d'espèces réputées présentes de préférence en plaine. Quatre à cinq espèces sont sur les Listes Rouges d'Europe ou de France, huit concernent le département de l'Isère. En conclusion la Biodiversité du Lac de Praver est supérieure à celles du site protégé du Luitel.
[2] - Première mention le 29 juin 1970 par C.Degrange. Nous avons vu plus haut l'inquiétude liée à l'installation relativement récente de Coenagrion puella sur le Luitel, espèce qui pourrait être un élément du déclin constaté chez Coenagrion hastulatum.