Un complexe d'étangs exceptionnel, sans le principal : l'étang du Grand Albert : est-ce possible ?

De Groupe Sympetrum
Aller à : navigation, rechercher
Isere.png
> Portail... Sympetrum > Groupe Sympetrum > Rhône-Alpes > Isère - Communiqués

Communiqué du 10 octobre 2010

Un complexe d'étangs exceptionnel, sans le principal : l'étang du Grand Albert : est-ce possible ?

Information à l'Europe, aux services de protection de l'environnement de la région Rhône-Alpes, au département de l'Isère, aux réseaux d'observateurs. Merci de faire suivre, si jugé nécessaire aux services compétents. Nous espérons une mobilisation responsable des énergies afin d'entamer enfin la bonne conservation de ce patrimoine naturel remarquable en France.

Communiqué - 10 octobre 2010 - Le Massif de Bonnevaux est un des rares sites de France a abriter abriter plusieurs espèces d'Odonates de la Directive Habitats

Les espèces suivantes y sont répertoriées régulièrement : Leucorrhinia pectoralis, Leucorrhinia caudalis, Leucorrhinia albifrons. On y trouve de plus sur des habitats périphériques, mais inscrits au sein du massif forestier Coenagrion mercuriale. Ce sont autant d'espèces protégées en France et en Europe qui viennent s'ajouter à une riche diversité odonatologique pour partie des reliques de milieux tourbeux (étangs forestiers à queues tourbeuses à Sphaignes). Depuis bientôt deux ans, un des habitats du Massif de Bonnevaux, l'étang du Grand Albert, suite à une vidange accidentelle imprévisible est en assec et ses habitats initiaux s'altèrent peu à peu. Il s'agit du plus grand étang forestier du département et vraisemblablement de la région.

Etang du Grand Albert... à sec depuis 2 ans... et toujours rien...

L'Etang du Grand Albert est le plus grand étang du département de l'Isère. Il s'agit du site historique de l'observation de Coenagrion lunulatum dans la région, et il présente différentes zones tourbeuses à sphaignes exceptionnelles. Alors qu'il s'est trouvé accidentellement vidangé, nous avons attiré l'attention sur l'importance de sa remise en eau rapide sous peine d'altération de sa flore fragile. Nous avons été un temps charmés par le développement naturel d'une flore des milieux humides temporairement exondés, néanmoins son fonctionnement écologique initial est fortement perturbé. La conservation de l'étang n'est toujours pas acquise, il est même désormais envisagé de le mettre en culture, et, on y rencontre une active opposition individualiste à un projet environnemental.

Ce site est remarquable tant par ses dimensions, que par son fonctionnement écologique intégré dans le réseau d'étangs du Massif de Bonnevaux. Malgré le fait que la biodiversité particulière et exceptionnelle du Massif est reconnue de longue date, et tout particulièrement pour les Odonates, diverses actions de porté à connaissance de notre association depuis plus d'une dizaine d'année, aucune mesure de conservation concrète n'a encore été organisée sur ce complexe exceptionnel d'étangs sur le département. Il ne semble en aucun cas cohérent que le site soit privé de son étang le plus important en surface, moins encore que la pénétration d'activités non favorables soient envisagées. Une restauration s'impose.

Listes des espèces qui ont été observées sur l'étang

La liste des espèces connues n'est qu'un échantillon du potentiel du site qui n'a jamais été prospecté de manière assidue dans la mesure en particulier où aucune menace prévisible ne venait bouleverser sa bonne conservation.

Observateurs : Benoit-Gonin O., Degrange C., Deliry C., Deloche D., Greff N., Montagner S., Seassau M.D., Thornton C. - Sympetrum, Gère Vivante

Les étangs désignés sous le terme Etangs de Comelles sont distingués parmi les sites odonatologiques majeurs dans la synthèse nationale de Dommanget (1987). Le secteur du Massif de Bonnevaux a été en conséquence proposés pour intégrer le réseau Natura 2000 au milieu des années 1990 (référence I1). Le Dossier Rouge édité pour le Massif de Bonnevaux en 1996 (Deliry 1996) reste parfaitement d'actualité sur l'essentiel des enjeux indiqués qui ont été pour la plupart dûment confirmés par les prospections de ces dernières années.

Références

Petti & Grangaud 1965 - Les étangs de Commelles et d’Arzay près de la Côte St André (30 mai 1965). - Bull. Soc. Dauph. d’étude Biol. et de Prot. de la Nature, 1964, 16 : 40-42.
Dommanget J.L. 1987 - Etude Faunistique et Bibliographique des Odonates de France. - MNHN, Faune/Flore, fasc. 36 : 283 pp.
Deliry C. 1996 - Le Massif de Bonnevaux (38). - Dossier Rouge n°20, Groupe Sympetrum.